Georges signe un contrat pour cinq ans chez Pathé et le 25 novembre 1941, il enregistre, avec l'orchestre de Raymond Legrand : "Morena", de Fredo Gardoni, Salabert, J. Polyet et surtout "L'homme de nulle-part", de Moïse Simmons, Vincent Telly. Ces deux premiers titres paraissent sur le 78 Tours Pathé PA 2048.

Je suis sous le ciel clair un vagabond

Qui s'en va vers l'horizon

Ou m'entraîne mon destin

Toujours plus loin.

(L'homme de nulle part : Moïse Simmons / Vincent Telly)

La "machine" est lancée, Georges Guétary débute réellement sa carrière à cette période. Avec ce premier titre, Georges révèle déjà son personnage. Il veut se différencier des chanteurs de charme que le public a l'habitude d'applaudir avec un répertoire plus viril.

Dans ses premiers souvenirs, Georges explique pourquoi il aime cette chanson : <<J'aime cette chanson pour de multiples raisons. Parce que la musique en est fort belle; parce que les paroles veulent dire quelque chose; parce que je symbolise dans cette chanson un personnage de tous les temps, romantique à souhait : un vagabond...>>.

Dans son dictionnaire historique des grands séducteurs de l'écran, Charles Ford raconte : <<... en 1941, à Marseille, où paraissait la Revue de l'écran, un ami m'annonça un jour la visite d'un jeune chanteur faisant partie de l'orchestre de Fredo Gardoni. Le jeune homme avait besoin de publicité et il souhaitait voir paraître un article sur lui dans la revue. Ce fut fait...>>.

Georges retrouve Gardoni à Toulouse pour « Trois heures de Paris » avec Félix Paquet, Lilian Desgraves, Georges Bernardet, Maryse Marly. Marcel Sutrac, Jeannie Carnac et Jean Marsac.

image051

Les engagements s’enchaînent et en janvier 42, à l’Apollo, il fait ses débuts dans l’opérette  pour une reprise de l'oeuvre créée par Pills et Tabet en 1936. Il s'agit de "Toi c'est moi",

Toi c'est moi 

(Moïse  Simmons / Henri Duvernois)

Mise en scène d'A. Willemetz)

avec Georges Guétary, Pierre Doris, Noël Roquevert,

Jacqueline Cadet et Josette Daydé.

avec le Jazz de Paris sous la direction d'Alix Combelle,

image001

L'histoire : Deux amis sont envoyés aux Antilles. Pour s'amuser, ils échangent leurs identités. C'est le début de nombreux quiproquos.

Le 6 février, il passe dans l'émission "Le cabaret de Radio Paris" où il chante, accompagné par Raymond Legrand, deux titres signés Vincent Scotto "M'amour je t'aime" et "Mary, Maryla, ah ah".

image051

Georges et Vincent Scotto

Le 27 mars, on le retrouve dans "Pension d'artiste", l'émission de Jean Laurent.

Toujours sur Radio Paris, il chante : Santa Mona, Sur le chemin du retour (un succès de Tino), La farandole

Le 24 avril 1942, Georges enregistre "M'amour je t'aime", de Vincent Scotto et Jean Rodor ainsi que "Mon amour est en voyage", de Fredo Gardoni et René Rouzaud.

"La chanson de Juanito", de J. Llassas et Jacques Larue et "Loin de mes amours", de J. Delanay et Jacques Larue, seront enregistrées le 30 mai 1942.